dimanche 29 décembre 2013

Il ne faut pas laisser le monopole du datamining aux multinationales !

Dans Paradis sur mesure, Bernard Werber abordait le « concept » futuriste ou SF de guerre des marques. Un récit aussi savoureux qu’étrange raconte une véritable guerre entre entreprises dont les armées et les organisations se sont substituées aux Etats, sur terre et dans l’espace. Une bataille qui oppose Microsoft contre Apple et Nokia est gagnée par ces derniers grâce à leurs brouilleurs dans le cadre d’un combat cyberélectronique… Comme je l’abordais sur AGS, il y a maintenant presque 5 ans, nous assistons à une remise en cause de l’Etat dans sa forme westphalienne. L’affaire PRISM et les cris d’orfraies qui ont fait suite à l’adoption de la loi de programmation militaire (LPM) montrent que la légitimité de l’Etat est contestée par des citoyens ou des entreprises. C'est à mon sens une nouvelle tentative, pour se refaire une image à bon compte, de la part d'entreprises malmenées par les révélations Snowden. Elles regardent la paille dans les yeux (et les oreilles) de l'Etat pour détourner le grand public de la poutre dans les leurs !

dimanche 15 décembre 2013

Dans la tête des insurgés par Hugues Esquerre

La contre-insurrection n'est pas morte avec le retrait américain (partiel) d'Afghanistan ou d'Irak. Hugues Esquerre dans son ouvrage "Dans la tête des insurgés" met en perspective les différentes insurections et les moyens de les combattre. En vente sur les sites en ligne (Amazon, Fnac) ou dans votre librairie (place des libraires).


samedi 7 décembre 2013

Café stratégique AGS, Jean-Michel Valantin : Guerre et environnement

Jeudi 12 décembre  19-21h 30e Café stratégique AGS
Guerre et environnement
avec Jean-Michel Valantin 
chercheur en géostratégie environnementale

cafestratgq_030_valantin_xl2
 Venez écouter, débattre, questionner…
Café Le Concorde-Assemblée nationale, 239 boulevard Saint-Germain, 75007 Paris métro Assemblée nationale

dimanche 17 novembre 2013

29e café stratégique AGS : De Boko Haram à AQMI – le chaînon manquant • 21 novembre 2013

••••••••••  Jeudi 21 novembre  ••••••••••
29e Café stratégique AGS avec Marc-Antoine Pérouse de Montclos professeur à l’Institut Français de Géopolitique - Université Paris 8
De Boko Haram à AQMI – le chaînon manquant
Jeudi 21 novembre 2013, 19-21h Venez écouter, débattre, questionner…
cgs_029_montclos_xl
Café Le Concorde-Assemblée nationale, 239 boulevard Saint-Germain, 75007 Paris métro Assemblée nationale
••••••••••••  Cafés stratégiques AGS  souvent copiés, jamais collés  ••••••••••••

jeudi 7 novembre 2013

L’Afrique terre de conflits : comment en cette fin 2013 assurer la paix et la sécurité du continent ?

Le Président François Hollande a programmé à Paris les 6 et 7 décembre prochains un sommet des chefs d’Etat africains pour traiter de la sécurité sur le continent africain. Ce thème de la paix et de la sécurité en Afrique est d’évidence de grande importance. Le Club Participation et Progrès lui a consacré le 20 juin 2011, à la Faculté de Droit de l’Université Descartes, un colloque avec le concours des meilleures spécialistes de cette question. Les actes de cette réflexion « Conflictualité et politiques de sécurité et de défense en Afrique » Chez l’Harmattan 2012 (bon de commande).

Il nous a paru indispensable à la veille donc du prochain sommet de Paris de reprendre, de prolonger et d’actualiser notre réflexion du 20 juin 2011, le continent africain n’ayant pas été épargné encore et toujours en 2012-2013 par les conflits (nous pensons bien sur d’abord et surtout ces derniers mois à l’affaire malienne et à notre intervention dans le cadre de l’opération Serval.)
Telle est l’objet de la table ronde à laquelle nous vous convions le mardi 12 novembre 2013, avec l’IREA - Maison de l’Afrique à Paris sur le thème :
« L’Afrique terre de conflits : comment en cette fin 2013 assurer la paix et la sécurité du continent ?»
Nous espérons vous retrouver nombreux à l’IREA (Institut de recherche et d’études africaines). 
Il n’y a pas besoin d’inscription préalable.

mercredi 25 septembre 2013

Colloque "Quelle consolidation pour notre industrie d’armement et de défense ?"



COLLOQUE
sous le haut patronage de Jean-Louis CARRERE
Président de la Commission des Affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat
en collaboration avec la Revue Défense Nationale


Pour s'inscrire (en ligne ou avec un coupon-réponse)


Le lundi 14 octobre 2013, à  8 h 45
Palais du Luxembourg  -  Salle Clémenceau
15 rue de Vaugirard
75 PARIS 6e

Métro :  lignes 4 ou 10 stations : Odéon – Mabillon – Saint-Sulpice
RER B : station  Luxembourg Sénat
Parkings publics à proximité : place St-Sulpice, marché St-Germain, rue de l’Ecole de Médecine, rue Soufflot
Bus : lignes 58, 84, 89, 96

PROGRAMME

8h45 - Accueil par Alain RICHARD, Sénateur, Ancien Ministre de la Défense

Présidence et animation du colloque par Christian HARBULOT,
Directeur de l’Ecole de Guerre Economique

Matinée  9h

I.- PARTIE : Panorama de l’état des lieux en matière de consolidation de notre industrie d’armement et de défense
Intervention introductive 
« Le contexte stratégique après le Livre Blanc »
Par Bruno TERTRAIS, Maître de Recherche, Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS)


samedi 14 septembre 2013

La dronisation des avions légers a-t-elle un avenir ?

Le Club participation et progrès organise une table ronde sur  « La dronisation des avions légers a-t-elle un avenir ? », en collaboration avec AIR COSMOS et LA REVUE DEFENSE NATIONALE, le 30 septembre 2013 à 14h.

 
 Ecole Militaire
1 place Joffre 75007 Paris
(métro ligne 8 – station : Ecole Militaire)
Amphi Laffont
Pour s'inscrire (obligatoire)

samedi 31 août 2013

Les écoutes secrètes de la Première Guerre mondiale

Je salue une fois de plus cette initiative de l'association de la guerre électronique de l'armée de Terre qui nous offre des synthèses des écoutes françaises durant la Grande guerre. Les premiers posts qui entrent dans le vif du sujet sont en lignes. Je pense qu'il ne faut pas hésiter à relayer cette initiative pour la connaissance de de l'histoire militaire des "très humbles mais des très glorieux"


dimanche 14 juillet 2013

Bonne fête nationale 2013 !

Bonne fête nationale à tous les Français et à tous ceux qui aiment la France, où qu'ils soient dans le monde ! Une pensée aux troupes françaises en opérations...


Lire aussi : Parmi ceux qui furent (sont) de très humbles mais de très glorieux artisans de la victoire !

lundi 8 juillet 2013

Snowden : une mise en perspective bienvenue !

Tout a été dit... et son contraire sur l'affaire Snowden. Beaucoup d'incompétence (technique et stratégique) a été étalée de la part de nombreux commentateurs qui ne connaissent rien ou pas grand chose sur ce sujet. Je profite de la publication sur Internet d'un billet du général (2S) Jean-Marc DEGOULANGE, Président de l’Association de la Guerre Electronique de l'Armée de Terre (AGEAT) pour vous faire partager son point de vue éclairé :  Affaire Edward SNOWDEN : un non-évènement ? Ou plutôt si ! Avec la mise en évidence d’une révolution conceptuelle et doctrinale pour des opérations électroniques.


US Gov


samedi 29 juin 2013

Rencontrez des membres d'AGS

Les Cafés Stratégiques vous proposent de rencontrer quelques blogueurs d'Alliancegeostrategique.org pour le dernier café de l'année : CIDRIS Cyberwarfare (cybersécurité), De La Terre à la Lune (espace),Good Morning Afrika (Afrique), Historicoblog (histoire militaire), les Carnets de Clarisse (information), la Voie de l'EpéeMars Attaquela Plume & le SabreWar Studies Publications (défense) et Zone d'Intérêt (renseignement et technologie militaire).


Venez nombreux au Café le Concorde le jeudi 4 juillet 2013 à 19h.

samedi 8 juin 2013

Cafés stratégiques : Culture et géopolitique au Sahara

••••••••••  Jeudi 13 juin  ••••••••••
Notre 26e Café stratégique AGS recevra
Arnaud Contreras journaliste, photographe et documentariste,
sur le thème Cultures et géopolitique au Sahara
Jeudi 13 juin 2013, 19-21h Venez écouter, débattre, questionner…
cgs027_contreras_web_xl
Café Le Concorde, 239 boulevard Saint-Germain, 75007 Paris métro Assemblée nationale
••••••••••••  Cafés stratégiques AGS  souvent copiés, jamais collés  ••••••••••••

dimanche 26 mai 2013

Certains jours on se croirait dans Mars Attacks

En ces temps où l'on nous parle de l'ennemi intérieur, sans le nommer, et où mon temps est toujours aussi compté, j'écris un court billet sur Mars Attacks (non pas Mars attaque, désolé Flo). C'est juste histoire de parler de l'ennemi extérieur et de rompre avec l'ambiance pesante du moment.


dimanche 19 mai 2013

Biologique et culturel : quelle proportion ?


Sexes et races, deux réalités me fait réagir. Tout d’abord, il faut convenir qu’il existe deux phénomènes sélectifs (coopérants et concurrents) pour les Sapiens : la sélection naturelle (biologique) et la sélection culturelle. Cette dernière différencie l’homme de l’immense majorité des animaux.


La(es) théorie(s) du genre n'évacue pas le biologique, elle dit qu'il existe un sexe biologique (homme, femme) et un genre (homme, femme) fondé sur le culturel. Le culturel dans ce cas s’appuie sur le biologique.

vendredi 10 mai 2013

Bilan annuel sur la puissance chinoise : la course à la technologie

Le Military and Security Developments Involving the People’s Republic of China 2013 vient de sortir. La Chine poursuit sa montée en puissance pendant que l'Europe désarme et que les Etats-Unis s'inquiètent. La Chine se "préparerait" principalement à une guerre de type haute intensité et courte, en particulier dans l'objectif de récupérer Taiwan à long terme. Elle investit dans les technologies pour rattraper son retard et notamment, sans négliger la modernisation de sa dissuasion nucléaire, dans la furtivité, les télécommunications, la guerre électronique et le cyber. Le document fait même l'objet d'une nouvelle fâcherie entre les deux pays. Les Etats-Unis (DoD) accusent la Chine d'espionnage cyber, ce que cette dernière a qualifié d'accusation irresponsable... 


Et en prime, le Report on North Korea's Military and Security Developments qui traite de la Corée du nord, une armée bien moins performante au niveau techno mais aussi dangereuse

mercredi 1 mai 2013

Table ronde « Cyberstratégie comparée » - 13 mai - Strasbourg

Le lundi 13 mai, de 17h à 19h, le Club participation et progrès organise une table ronde sur le thème « Cyberstratégie comparée », au cercle-mess de Strasbourg (place Broglie). Il aura l’honneur d’accueillir deux auteurs de cyberstratégie, Olivier Kempf et Yannick Harrel. Vous êtes cordialement invités.

US Gov


vendredi 19 avril 2013

Colloque stratégie et réseau : le 27 mai 2013

Le Club participation et progrès en partenariat avec Stonesoft organise un colloque "Stratégie et réseaux", le 27 mai 2013, de 13h45 à 18h00 à Paris (amphithéâtre Desvallières, Ecole militaire, 1 place Joffre 75007 Paris).


Inscription gratuite (obligatoire)

Programme : 
•13H30 : Accueil amphi Desvallières
•13H50 : Introduction : Daniel Ventre, titulaire de la chaire de Cyberdéfense Saint-Cyr, Thalès et SOGETI

•14h00 : Première table ronde : La réticulation du monde affecte-t-elle la stratégie ? Présidée par FB Huyghe, directeur de recherche à l’IRIS

–Olivier Kempf, auteur de « Introduction à la cyberstratégie » : « La notion de réseau modifie-t-elle la stratégie ? »

Frédérick Douzet, titulaire de la Chaire Castex de cyberstratégie, Institut Français de Géopolitique, Université Paris 8 : « Stratégie de dissuasion et réseaux »

–Sylvain Hercberg (à confirmer), directeur du pôle prospective, EDF : « Stratégie et smart grids »

–Nicolas Vanbremeersch, directeur de l’agence Spintank : « réseaux numériques et démocratie ? »

–N. Mazzucchi, professeur à l’Ecole de guerre économique : «Asie centrale : les réseaux de tubes, effet d'une stratégie géoéconomique de l'énergie  » 

•15h20 : Débat avec la salle

•16h00 : Deuxième table ronde : Cybernétisation du monde et stratégie Présidée par Olivier Kempf, maître de conférences à Sciences Po

–Jarno Limnéll, Directeur de la cyber-stratégie, Stonesoft Corporation : « Defining the Qualities of Cyber Warfare. »

–Kave Salamatian, professeur à l’université de Savoie : « De la cyberdéfense à la cyberstratégie: qu'est qui change ? »

–Eric Hazaneexpert en cybersécurité, membre de l'Alliance géostratégique et de la Chaire de cyberdéfense : « De la stratégie intégrale aux méta-réseaux »

–Dominique Lacroix, Présidente de la Société européenne de l'Internet (IES France) : « Le nommage des domaines, expression de la stratégie américaine de domination des réseaux ».

•17h20 : Débat avec la salle

•17h45 : Conclusion générale : CA Coustillère, OG CYberdéfense

•18h00 : Fin du colloque

•18h30 : Cocktail (La Rotonde) sur invitation  

mardi 16 avril 2013

Sanctions internationales et gestion des crises politiques


Le jeudi  30 mai 2013 à 9h30
A la Faculté de Droit de l’Université Paris Descartes
10 av Pierre Larousse 92245 MALAKOFF
Salle des Actes



Sous la co-présidence de M. Pascal CHAIGNEAU, Professeur en Science Politique à l’Université Paris Descartes, Centre Maurice Hauriou pour la recherche en droit public (EA1515) et de M. Pierre PASCALLON président du Club Participation et Progrès.

Programme (télécharger)
9h30 -12h30  SANCTIONS INTERNATIONALE, PREVENTION DES CRISES, GESTION DES CRISES
sous la présidence de M. Pierre PASCALLON
Intervenants : Pascal Chaigneau, Professeur à l’Université Paris Descartes, Centre Maurice Hauriou, EA 1515, 9h50 Hassen Fodha, Directeur honoraire du Bureau des Nations Unies pour l’Europe,  Ines Rahmi, Responsable du pôle « Sanctions économiques » au Secrétariat général des Affaires européennes, au Cabinet du Premier ministre,  Malik Boumediene, Maître de conférences à l’Université Toulouse II Le Mirail, Laboratoire de Recherche Pluridisciplinaire du Nord Est de Midi Pyrénées, Fouad NOHRA, Maître de conférences à l’Université Paris Descartes, Centre Maurice Hauriou, Michael Strauss , Journaliste, PhD in international relations

14h30-17h30   ETUDES DE CAS : LES ETATS FACE AUX SANCTIONS INTERNATIONALES
sous la Présidence de  M. Pascal CHAIGNEAU
Intervenants Pierre Pascallon, Président du Club Participation et Progrès, Michel Raimbaud, Ambassadeur de France, Directeur honoraire de l’Office de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), Fereydoun Khavand, Maître de conférences à l’Université Paris DescartesDerek El Zein, Maître de conférences à l’Université, Paris Descartes Dominique Bangoura, Présidente de l’Observatoire Politique et Stratégique de l’Afrique (OPSA) de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, Jorge Huerta Jemio, Professeur honoraire à l’Ecole de Gouvernement et des Universités du Chili.

Entrée gratuite.

vendredi 12 avril 2013

De l’économie de guerre à la guerre de l’économie

A découvrir d'urgence : les actes du colloque "De l’économie de guerre à la guerre de l’économie" - 1er juillet 2011.


Avant propos : des relations entre la guerre et l’économie (Olivier. Kempf)
1ère partie : la guerre face à l’économie
  • Thème 1 : Penser économiquement la guerre
  • Crises et guerres : de la crise économique à la crise stratégique (Christian Schmidt)
  • L’économie de guerre a-t-elle encore un avenir (Jacques Sapir)
  • La guerre et l’économie : de la micro à la macro ; du tactique au stratégique (Olivier Marcotte)
  • Mutations de l’économie, formes de la guerre (Nicolas Mazzucchi)
  • Thème 2 : rôle de l’économie dans la conduite de la guerre
  • Le modèle low cost appliqué à la guerre (Stéphane Dossé)
  • Guerre irrégulière, actions civiles, actions militaires (François Chauvancy)
  • La guerre, la ville et l’économie (Bénédicte Tratnjek)
  • Entreprenariat militaire et modèle économique : esquisse d’une typologie historique du recours au mercenariat (Georges-Henri Bricet des Vallons & Sébastien Le Gal)
2ème Partie : la guerre économique.
  • Thème 3 : L’économie en guerre
  • État, grande stratégie et protection de l’économie (Jean Pujol)
  • La grille de lecture Puissance/Marché/Territoire (PMT) (Christian Harbulot)
  • Les pays en guerre économique (Ali Laïdi)
  • La piraterie maritime : un business porteur ? (Sonia Le Gouriellec)
  • La guerre et l’entreprise (Jacques Hogard)
  • Cyberguerre et économie (Guillaume Tissier)
  • Thème 4 : procédés de la guerre économique
  • Monnaies : l’Europe doit s’armer pour éviter la guerre (Nicolas Bouzou)
  • Guerre en coalition et guerre des normes (Florent de Saint Victor)
  • De la sécurité énergétique à la sécurité des flux (Olivier Kempf)
  • Stratégie des approvisionnements (Matthieu Anquez)
  • L’affrontement sino-américain autour des terres rares, entre survie et expansion des puissances (Edouard Chanot)
Conclusion (Pierre Pascallon)
  • Bibliographie
  • Table des matières

dimanche 31 mars 2013

Cyber : la poule et l’œuf dans l’eau chaude

Le débat fait rage ! En fait, pas tant que cela mais cela me permet d’introduire le débat sur la technique et la stratégie cyber. Que faut-il connaître pour bien traiter du cyber.? Vous aurez compris que comme cela me fatigue, j’essaie de peu m’y mêler. C’est donc de manière dépassionnée, en ce jour de Pâques, que je renvoie dos-à-dos les tenants de la technique d’abord ou de la stratégie en premier, histoire d’arrêter d’enfoncer des portes ouvertes.

e-gg_in_glass_charlesbwele

vendredi 29 mars 2013

Défense : des annonces présidentielles

Un billet rapide pour revenir sur les annonces du Président de la République sur la défense.
Ce que l'on peut en retenir :
- pas de coupes budgétaires mais un budget contenu (érosion par l'inflation sans baisse significatives).
- priorité à l'autonomie de décision, à la dissuasion et à la protection du territoire. 

On peut en déduire qu'il pourrait y avoir une priorité sur :
  • renseignement, 
  • la sauvegarde terrestre, maritime et aérienne, en Métropole et Outre-mer, 
  • la protection du cyberespace français,
  • la poursuite de la modernisation annoncée de la dissuasion donc le maintien de deux composantes.

Les arbitrages sont connus maintenant. Dans les grandes fonctions stratégiques, il manque la fonction prévention qui dépend beaucoup du Quai d'Orsay et surtout la fonction intervention (les opérations extérieures) qui n’apparaît plus comme prioritaire. La projection de force et de puissance passeraient ainsi au second plan, ce qui ne signifie pas disparition. Dans les annonces générale, le choc de simplification appliqué à l'administration est peut-être aussi un gain potentiel de productivité pour la Défense.
Le livre blanc (LBDSN) devrait décliner cela tout comme la prochaine loi de programmation militaire qui mettra en adéquation les moyens (budgets) et les objectifs politiques. 

mardi 19 mars 2013

Que devient la sécurité euro-méditerranéenne avec les révolutions arabes ?


Pascal CHAIGNEAU et  Pierre PASCALLON
(sous la direction de)
*
Samir AITA – Mustapha BENCHENANE – Jean DUFOURCQ –
Khalid EL JIM –Derek EL ZEIN – Thierry GARCIN – Annie GRUBER – Fouad NOHRA – Ahmed OUNAÏES – Michel RAIMBAUD –
Michaël J. STRAUSS – Bassam TAYARA
*
seraient très heureux et très honorés de votre présence pour le lancement de leur ouvrage 
Que devient la sécurité euro-méditerranéenne
 avec les révolutions arabes ?  
L’Harmattan. mars 2013

et à la table ronde qui suivra sur le thème :
Quel bilan pour les révolutions arabes
en ce printemps 2013 ?
avec
- Jacques OULD AOUDIA, chercheur en économie politique du développement. Président de l’ONG Franco-Marocaine migration et développement.
- Flavien BOURRAT, Responsable de programmes sur la zone Maghreb Proche Moyen-Orient IRSEM
- Jean GLAVANY, Député, Ancien ministre rapporteur de la mission d’information commission des affaires étrangères. Assemblée Nationale sur les révolutions arabes.
- Jean-Louis GUIGOU, délégué général de l’Institut de Prospective économique du Monde méditerranéen
- Aissa KADRI, Professeur de sociologie à l’Université de Paris VIII, Directeur du laboratoire Maghreb-Europe
- Jérome PELLISTRANDI : Conseiller de rédaction de la revue Défense Nationale
*
le lundi 25 mars 2013  de 17h à 20h
Irea – Maison de l’Afrique – 7 rue des Carmes – PARIS 5e
(métro : Maubert-Mutualité)

Invitation et inscription.

dimanche 10 mars 2013

Café stratégique, Philippe Wodka-Gallien : Où va la dissuasion nucléaire française?

•••••••••• Jeudi 14 mars ••••••••••
Notre 23e Café stratégique recevra Philippe Wodka-Gallien, chercheur associé à l’Institut français d’analyse stratégique, le jeudi 14 mars 2013, de 19 à 21h.
Venez écouter, débattre, questionner…

______ Café Le Concorde, 239 boulevard Saint-Germain, 75007 Paris métro Assemblée nationale
______ Cafés stratégiques • le deuxième jeudi du mois • 19-21h Prochaine date : jeudi 11 avril

samedi 9 mars 2013

9 mars 2013 : hommage au caporal-chef Charenton - Paris

Si vous êtes sur Paris ce midi, si vous avez un peu de temps ou que vous prenez un peu de temps, venez nombreux sur le Pont Alexandre III. Pourquoi venir ? Pour que la nation montre son soutien à ses soldats morts au combat. De plus, le caporal-chef Charenton est mort pour la France au Mali où il combattait les terroristes d'AQMI. Les plus anciens d'entre nous se souviennent des attentats qui ont ensanglanté la capitale il y a une vingtaine d'année. Pour l'instant, Paris et ses habitants n'ont plus à subir ces attaques mais ce n'est pas le fait du hasard. Le travail des services de renseignement et des armées n'y est pas étranger. Je pense donc que donner quelques dizaines de minutes pour honorer un concitoyen qui a donné sa vie pour la sécurité de tous, ce ne me semble pas un prix élevé...


Le général de corps d'armée Hervé Charpentier, gouverneur militaire de Paris, vous informe des honneurs militaires qui seront rendus au caporal-chef Cédric Charenton le samedi 9 mars 2013 en l'Hôtel national des Invalides, Paris 7e. Le caporal-chef Cédric Charenton a été mortellement touché le 2 mars vers 18 heures, en montant à l'assaut d'une position ennemie avec sa section. Une cérémonie intime d'honneurs militaires réservée à la famille et aux compagnons d'armes sera présidée par le général d'armée Bertrand Ract-Madoux, chef d'état-major de l'armée de terre, à l'Hôtel national des Invalides à partir de 14h30. Auparavant, le cortège funèbre passera sur le pont Alexandre III entre 12h15 et 12h30. En cette circonstance, le général de corps d'armée Hervé Charpentier invite le plus grand nombre de citoyens à manifester leur hommage et leur solidarité avec notre héros mort dans l'accomplissement de sa mission au service de la France dans une présence digne, silencieuse et fraternelle sur le pont Alexandre III, à partir de 12h00.  Garnison de Paris.

Sur Mars Attaque 

dimanche 3 mars 2013

Technocratie, innéisme et théorisme : la mort médiatique de la stratégie

Les conflits armés sont l’occasion de voir se succéder sur les plateaux TV, au moins depuis la guerre du Golfe de 1991, un ensemble « d’experts » où le pire côtoie le meilleur, où la fable remplace parfois les faits, où l’occupation du temps remplace finalement la véritable expertise. La guerre du Mali n’y échappe pas. 


Il me semble que cela menace les fondements intellectuels et pratiques de la stratégie, la bradant non au plus offrant mais au plus médiatique. Il ne s’agit pas de critiquer ceux qui apportent une réelle plus-value à la connaissance du plus grand nombre, voire à leur portefeuille mais de critiquer ceux qui surfent sur un besoin médiatique (remplir l’antenne) sans pour autant avoir le fond sur le sujet. La stratégie en tant que discipline est ainsi dévalorisée. D’aucun me dira qu’il n’y a pas de diplôme de stratégie militaire. Il en existe de très officiels et de très bon niveau, renseignez-vous ! Le diplôme ne suffisant pas, la pratique reste tout aussi nécessaire sur un sujet.

vendredi 22 février 2013

Combattants d'hier et d'aujourd'hui : débat à l'Assemblée

On me signale la proposition de loi de M. Christophe GUILLOTEAU visant à élargir les conditions d'attribution de la carte du combattant aux anciens combattants de l'armée française totalisant au moins quatre mois de présence en Algérie avant le 1er juillet 1964 ou en opérations extérieures, n° 267, déposée le 10 octobre 2012 et renvoyée à la commission de la défense nationale et des forces armées.   Rien de nouveau me direz-vous au regard de la date de dépôt de cette proposition de loi. Oui mais le débat en séance publique est très instructif : une réelle volonté d'honorer les combattants (anciens) se mêle avec l'engagement actuel (Mali) et des motifs politiciens bien loin du sujet (coût du jour de carence, procédure). En outre, ce débat est passé à trappe médiatique. Les annonces (libération/démenti) en séance sur les otages au Cameroun de M. le ministre des Anciens combattants ont été les seules à avoir été reprises par nos médias, malgré les très claires précautions d'usage...


Le débat chauffe sur le fond et en raison de la mention de rejet préalable déposée qui se termine sur un rejet... puis une adoption du rejet après un deuxième vote... Le lecteur peu averti n'y comprendra pas grand chose à part que ce problème des anciens combattants est repoussé à l'automne, s'il y a des sous... Je laisse le lecteur seul juge et ne vous livre pas le fond de ma pensée. Bonne lecture. 

M. le président. L’ordre du jour appelle la discussion de la proposition de loi de M. Christophe Guilloteau visant à élargir les conditions d’attribution de la carte du combattant aux anciens combattants de l’armée française totalisant au moins quatre mois de présence en Algérie avant le 1er juillet 1964 ou en opérations extérieures (nos 267, 714). 
M. le président. La parole est à M. Christophe Guilloteau, rapporteur de la commission de la défense nationale et des forces armées.
M. Christophe Guilloteau, rapporteur de la commission de la défense nationale et des forces armées. Monsieur le président, monsieur le ministre délégué chargé des anciens combattants, madame la présidente de la commission de la défense nationale et des forces armées, mes chers collègues, je suis très heureux de vous présenter aujourd’hui cette proposition de loi visant à élargir les conditions d’attribution de la carte du combattant. J’associe à ma démarche les nombreux parlementaires du groupe UMP qui ont déposé ou cosigné les neuf autres propositions de loi identiques enregistrées à ce jour auprès de la présidence. Cette proposition de loi vise deux choses : d’une part, attribuer la carte du combattant à tous nos soldats restés en Algérie jusqu’au 1er juillet 1964, d’autre part, instaurer un critère de cent vingt jours de présence sur le théâtre considéré pour tous nos soldats déployés en opérations extérieures. En élargissant ces critères d’attribution, cette proposition de loi a pour ambition de rétablir l’égalité entre tous ceux qui ont fait leur devoir et de les inscrire ainsi dans l’hommage légitime que la nation leur doit. La carte du combattant a été créée par la loi du 19 décembre 1926 pour témoigner la reconnaissance de la nation à l’égard des poilus de la Grande Guerre. Un décret de 1948 a étendu son bénéfice aux combattants de la seconde guerre mondiale, créant ainsi ce que l’on a appelé la deuxième génération du feu. La troisième génération du feu fut plus longue à se constituer. Si, dès 1952, les combattants d’Indochine et de Corée se vont vu reconnaître la qualité de combattant, il a fallu attendre 1974 pour que les anciens d’Afrique du Nord se la voient accorder pour ce que l’on qualifiait alors d’« opérations ». Enfin, la loi de 1993 a traduit dans les textes l’émergence d’une quatrième génération du feu, liée aux opérations extérieures. La carte du combattant ouvre droit, vous le savez, à un certain nombre d’avantages, outre le port de la croix du combattant : versement à partir de soixante-cinq ans d’une retraite du combattant – dont le montant, grâce à l’action de la majorité précédente et à un vote unanime de nos assemblées, est aujourd’hui fixé à 665 euros par an –, souscription d’une rente mutualiste majorée par l’État, attribution, à partir de soixante-quinze ans, d’une demi-part fiscale supplémentaire de quotient familial pour le calcul de l’impôt sur le revenu – qui sera maintenue, je l’espère, monsieur le ministre –, attribution de la qualité de ressortissant de l’Office national des anciens combattants ouvrant droit à certaines aides sociales. Au 31 décembre 2011, un peu moins de 1,3 million de retraites du combattant étaient versées, dont plus d’un million pour les anciens d’Algérie et 30 000 au titre des OPEX. Les critères d’attribution de la carte du combattant ont évolué au fil du temps pour essayer de prendre en compte les spécificités de chacun des conflits auxquels la France a participé. Force est de constater que cette évolution n’a pas été suffisante et que les critères tels qu’ils sont définis aujourd’hui excluent un grand nombre de soldats du bénéfice de la carte. Jusqu’à la guerre d’Algérie, les critères d’attribution de la carte étaient l’appartenance pendant trois mois, consécutifs ou non, à des unités combattantes ou la participation à des actions de feu et de combat. Pour tenir compte de la particularité du théâtre algérien, où régnait une insécurité permanente, une durée de présence de quatre mois de service a été finalement reconnue équivalente à la participation à des actions de feu ou de combat. Pour les OPEX, à défaut d’une réglementation spéciale, ce sont les anciens critères qui s’appliquent. Cette réglementation a été un peu assouplie par le décret du 10 décembre 2010 qui a complété la liste des missions pouvant être comptabilisées pour l’attribution de la carte : interventions sur explosif, actions de renseignement, contrôles de foule sont désormais considérés comme équivalents à des actions de feu ou de combat. Toutefois, des inégalités persistent : la qualification d’unité combattante n’est pas attribuée de la même manière dans toutes les armées. Sur un bâtiment de la marine nationale, tous les membres d’équipage obtiendront la carte du combattant si leur navire est qualifié. En revanche, dans l’armée de terre, seules les unités de mêlée sont appelées à obtenir les actions de feu et de combat nécessaires à cette qualification alors même que les unités de soutien partagent les mêmes risques et séjournent dans un environnement tout aussi dangereux. L’ambition de cette proposition de loi est de remédier à ces inégalités. L’article 1er vise ainsi à élargir les conditions d’attribution de la carte du combattant aux soldats restés en Algérie jusqu’au 1er juillet 1964. Depuis la loi de 1974, la période à retenir pour la prise en compte des 120 jours de présence s’arrête au 2 juillet 1962, lendemain du référendum d’autodétermination qui a vu le « oui » l’emporter. Or si la guerre d’Algérie s’est bien arrêtée le 2 juillet 1962, les opérations militaires n’ont pas cessé à cette date. Les accords d’Évian avaient prévu le maintien d’une « force d’apaisement » de 80 000 hommes chargée de protéger pendant deux ans les installations militaires ainsi que les biens et les colons demeurés en Algérie. En juillet 1962, il restait encore 300 000 militaires en Algérie, en janvier 1963, 130 000 et, l’année suivante, 50 000. La participation à cette force ne s’est pas déroulée sans heurt puisque, pour la seule période allant de juillet 1962 à avril 1964, les bilans mensuels de l’état-major interarmées font état de vingt-huit décès consécutifs à des combats ou des attentats, preuve de l’insécurité qui régnait alors en Algérie pour les militaires qui y étaient stationnés. Le décret du 25 avril 2001 leur a ouvert le droit au titre de reconnaissance de la nation. L’article 1er propose donc de tenir compte de ce climat d’insécurité pour l’attribution de la carte du combattant. Il s’agit là d’une revendication partagée par la plupart d’entre nous. J’en veux pour preuve, outre les dix propositions de loi déposées sur ce sujet, les nombreuses questions écrites posées depuis plusieurs législatures : cent quatre-vingt-trois sous la précédente et déjà cinquante-quatre depuis le début de celle-ci. Conscient de l’effort financier très important que cela représenterait – les services du ministère évaluent le coût de cette mesure à 39 millions d’euros pour environ 60 000 bénéficiaires –, je vous soumettrai un amendement destiné à réduire un peu la voilure, du moins dans un premier temps. Il vise à satisfaire, dès aujourd’hui, une demande sur laquelle nous nous accordons tous : l’attribution de la carte du combattant à tous qui ceux qui totalisent cent vingt jours de présence en Algérie à condition d’avoir débuté leur séjour avant le 2 juillet 1962 – la fameuse « carte à cheval », comme certains l’appellent. Chaque année lors de l’examen projet de loi de finances, nous évoquons ce sujet et chaque année le Gouvernement promet de remédier à cette situation l’année suivante ! C’est une mesure qui concerne un peu plus de 8 000 militaires et appelés du contingent pour un coût annuel estimé à un peu plus de 5 millions d’euros par an. Il s’agit d’une demande prioritaire des associations d’anciens combattants que j’ai rencontrées. 
M. Régis Juanico. En effet !
M. Christophe Guilloteau, rapporteur. Monsieur le ministre, vous vous êtes engagé à faire droit à cette demande lors du prochain budget, mais je vous invite à agir en ce sens dès aujourd’hui. L’article 2 propose de simplifier les critères d’attribution de la carte du combattant aux soldats déployés en OPEX. Pour cela, il crée un nouveau critère, une durée de services d’au moins quatre mois, consécutifs ou non, sur le théâtre considéré. Il transpose ainsi aux conflits contemporains le critère retenu pour les conflits nord-africains. Si chaque opération extérieure a des caractéristiques qui lui sont propres, il est difficile de ne pas reconnaître que les engagements de nos soldats, en Afghanistan hier ou au Mali aujourd’hui, ne se déroulent pas dans des conditions d’insécurité permanente liées à la guérilla, conditions qui avaient précisément justifié la prise en compte de ce critère de présence pour les anciens d’Algérie. Il a fallu attendre 1998, soit trente-six ans après la fin du conflit algérien, pour que ce critère de présence soit reconnu et six nouvelles années pour que sa durée en soit fixée à quatre mois. Ne faisons pas patienter nos soldats quarante nouvelles années et offrons-leur cette reconnaissance dès aujourd’hui ! Il s’agit là d’une revendication qui émerge de plus en plus parmi les associations d’anciens combattants. Ne faisons pas subir à nos soldats d’aujourd’hui le sort de leurs aînés, qui ont dû arracher leurs droits petit bout par petit bout ; ce serait un signal fort de reconnaissance à leur égard que de les placer à égalité avec les générations précédentes. Cette mesure n’aurait en outre pas d’impact immédiat pour nos finances publiques puisque l’âge moyen des soldats déployés en OPEX est de vingt-cinq ans. Lorsqu’ils seront en âge de toucher leur retraite du combattant, il est fort probable que les bénéficiaires actuels, essentiellement des anciens d’Algérie, auront laissé leur place. D’autre part, les effectifs concernés sont beaucoup moins importants. Le texte que je vous propose aujourd’hui, amendé dans le sens que je vous ai indiqué, est un texte équilibré qui place à égalité toutes les générations du feu. En ces temps difficiles, c’est un signal fort que je vous propose d’envoyer à tous qui ont défendu et défendent encore nos valeurs aux quatre coins de la planète. Pour finir, je précise que la Commission de la défense a décidé de ne pas présenter de conclusions sur ce texte. 
M. le président. La parole est à M. le ministre délégué chargé des anciens combattants.
 Lire la suite

mercredi 13 février 2013

Café stratégique, Daniel Hervouet : Littérature et renseignement

•••••••••• Jeudi 14 février ••••••••••
Notre 22e Café stratégique recevra Daniel Hervouet, contrôleur général des armées, auteur de thrillers, le jeudi 14 février 2013, de 19 à 21h.
Venez écouter, débattre, questionner…
cgs022_hervouet_web_xl
______ Café Le Concorde, 239 boulevard Saint-Germain, 75007 Paris métro Assemblée nationale
______ Cafés stratégiques • le deuxième jeudi du mois • 19-21h Prochaine date : jeudi 14 mars